CPB::Agradecimientos::Text fr

From Carlos Pérez Soto
Jump to: navigation, search

Remerciements

Ce livre est devenu possible grâce à d'innombrables discussions au cours des dix dernières années. Il serait presque impossible d'énumérer les nombreux camarades qui, voulant rester obstinément dans la perspective d'une critique radicale de la réalité, m'ont aidé avec leurs idées et critiques, avec leur enthousiasme et leur érudition, à développer les thèses rassemblées ici, après quelques publications partielles dans plusieurs formats.


Je dois mentionner, tout d'abord, les membres de l'atelier sur les théories critiques du Centre des Recherches en Sciences Sociales de l'Université Arcis, et les membres des différents programmes de ce centre, qui ne sont, bien évidement, pas responsables des propos et affirmations qui apparaissent dans ce texte.


Les discussions, au fil du temps, avec mon ami Juan Ormeño, avec le sociologue Sergio Villalobos Ruminott et avec Oscar Cabezas, Felipe victoriano, Mauro Salazar et Miguel Valderrama, ont été particulièrement importantes pour moi.


Je remercie la patience des étudiants incroyables présents dans ma longue série de séminaires sur la Phénoménologie de l'Esprit, GWF Hegel. Grâce à eux j'ai pu étudier et discuter ce texte en profondeur et en détail, ce qui aurait été impossible dans un exercice d'érudition solitaire. Comme on le verra dans ce livre, ce travail a été fondamentale pour moi.


Je remercie également les critiques précieuses, toujours très pertinentes, que Pilar Baeza, Paul Wilson et Manuel Perez Guerrero Antequerai ont fait à l'ébauche de ce texte. La contribution de leurs connaissances et de leurs sensibilités a joué un rôle essentiel dans l'élaboration des aspects sur lesquels nous étions d'accord, mais aussi sur ceux qui, existentielle ou théoriquement, nous avons gardé nos différences.


Je dois aussi remercier mes enfants pour leur patience et leur amour qui ont toléré cette vaniteuse prétention de croire que j'ai raison, mon inutile véhémence à défendre des questions abstraites, et la fierté et l'illusion précaire sur le fait que dire ces choses peut aider en quelque sorte.